Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mavie aime

  • Prendre les ronds points à vélo
  • Mettre France Inter en fond sonore
  • Boire du vin chaud dans la rue
  • Manger devant l'ordinateur
  • "Et on tuera tous les affreux" de Sullivan (Boris Vian)
  • Choisir
  • Boire une théière entière

Mavie rêvée

 

"...Je suis tortue et je suis belle
                 Il ne me manque que des ailes
                            Pour imiter les hirondelles..."
                                                                      Desnos


                                                

C'Est ÉCrit

Mavie n'aime pas

  • Se sentir incomprise
  • Les petits pois
  • Parler à quelqu'un qui n'écoute pas
  • Avoir l'air bête
  • Etre réveillée par ses voisins très tard ou très tôt
  • Ne pas oser
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 13:28

 

Aujourd'hui, j'ai bien envie de partager ici mes impressions sur une de mes dernières lectures.

Tel Superman, Colin Beavan cherchait un titre pour rendre compte de sa démarche : passer un an à essayer de réduire son empreinte écologique en produisant le moins de déchêts, dégageant le moins de CO2 etc.

Le sous-titre "Peut-on sauver la planète sans rendre dingue sa famille?" pose le débat. Colin est écrivain et vit à New York. Il a une femme qu'il caricature volontiers comme ayant toujours vécu dans un certain confort matériel, aimant le shopping, prendre le taxi et autres monstruosités et une petite fille. Il présente la génèse de son projet par la prise de conscience personnelle qu'il a fait concernant le réchauffement climatique et autres bouleversements écologiques : si on continue à consommer comme on le fait, tout se cassera la figure (je résume le propos). Il propose dans un premier à son éditeur d'écrire un livre pour expliquer les dangers de notre consommation actuelle (notre au sens large de ceux qui consomment plusieurs planètes). Puis devant la crainte de son éditeur de voir arrivé un livre rébarbatif, il se réalise que sa démarche n'est peut-être pas la plus judicieuse.

Plutôt que de donner des leçons, il expérimentera et c'est son expérience qui sera au coeur des récits de son blog et ensuite de son livre. Il n'expliquera pas pourquoi il faudrait arrêter de faire comme ci mais il arrêtera et cherchera comment s'en passer ou le substituer.

Son projet se divise en étape (n'oublions le "sans rendre dingue sa famille"). Il commence par réfléchir à l'impact de ses déchêts, ce qui entraine réduction des achats d'emballages et récupération et achats d'occasion seuls autorisés. Puis, il y aura la question des transports avec l'arrêt du taxi, des réflexions sur les prochaines vacances etc. Puis l'impact que peut avoir une nourriture produite loin avec des produits chimiques et plus l'arrêt même de l'alimentation de son appart par l'électricité...

Colin ne réinvente pas la poudre. Ceux qui se sentent concernés par les enjeux écologiques ou qui veulent tout simplement agir au quotidien en remettant en question la consommation à tout va retrouveront les quelques trucs qui existent. Je suis rendue par exemple, en lisant ce livre, que certaines démarches étaient ancrées chez moi depuis de nombreuses années : être dans une amap, ne pas prendre la voiture pour un oui pour un non, privilégier les transports en commun, marcher, faire du vélo etc. Ces démarches se sont ancrées chez moi sans que je m'en rende compte et cela a commencé par un soucis éco...nomique. J'ai toujours pensé que les deux étaient liés. C'est pour éviter de payer un abonnement bus que je prenanis mon vélo, pour désencombrer mes armoires et me dépanner en cas de soucis que j'ai adhéré à des sites de dons en ligne. Pour avoir eu ce type de discussion récemment, je n'ai pas de leçons à donner car j'agis individuellement, hors de toute organisation, je ne milite pas.

Dans son livre, Colin Beavan, bien qu'ayant abandonné l'idée d'un livre donneur de leçons, fait de nombreuses références à des résultats de recherches scientifiques super flippantes et je dois avouer que j'ai sauté chacun de ces passages. Chassez le naturel, il revient au galop!

Cependant, un des principal intérêt de ce livre est selon moi, l'impression d'authenticité et de sincérité qui se dégage du témoignage. L'auteur reste humble et continue à confier ses doutes, les liens aussi qu'il fait entre cette expérience et d'autres évènements de sa vie passée. J'ai bien aimé pouvoir le voir réfléchir sur le jusqu'au boutisme de sa démarche de couper l'électricité par exemple. Ensuite, il découvre, au fil du livre, une nouvelle façon de vivre avec sa famille et rien que pour ça, je me dis qu'une expérience comme celle-là même sur un temps donné vaut le coup d'être tentée. Pour changer de regard sur ce qui nous entoure.

 

 

No Impact Man de Colin Beavan, collection "fleuve noir"

Partager cet article
Repost0

commentaires