Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mavie aime

  • Prendre les ronds points à vélo
  • Mettre France Inter en fond sonore
  • Boire du vin chaud dans la rue
  • Manger devant l'ordinateur
  • "Et on tuera tous les affreux" de Sullivan (Boris Vian)
  • Choisir
  • Boire une théière entière

Mavie rêvée

 

"...Je suis tortue et je suis belle
                 Il ne me manque que des ailes
                            Pour imiter les hirondelles..."
                                                                      Desnos


                                                

C'est écrit

Mavie n'aime pas

  • Se sentir incomprise
  • Les petits pois
  • Parler à quelqu'un qui n'écoute pas
  • Avoir l'air bête
  • Etre réveillée par ses voisins très tard ou très tôt
  • Ne pas oser
10 décembre 2007 1 10 /12 /décembre /2007 22:58
Et si, je me disais l'autre jour après avoir entendu une programmation musicale appropriée, et si la femme des "yeux revolver" (Marc Lavoine) et la "femme  libérée" (Cookie Dinger) était une seule et même personne.
Je me rend compte, par delà l'incompréhension (dont Mavie a horreur!) que cette réflexion peut susciter que pour moi, me poser cette question-là, c'est comme une sorte de clivage qui tombe sur la séduction féminine.

Les "yeux revolver", je l'ai toujours raccrochée à une image de femme fatale.

"...elle a tiré la première.
Elle m'a touché, c'est foutu..."


J'imagine la femme aux yeux révolver avec un maquillage glamour : yeux smocky gris foncé, lèvres rouges. Troublante, destabilisante. Une belle femme élégante. Une séduction toute en sous-entendus, discrets rapports de force.

"... Elle se dessine sous des jupes fendues
Et je devine des histoires défendues
c'est comme ça..."



De l'autre côté, j'avais une tendresse particulière pour la "femme libérée" de Cookie Dinger.

"
...Ne la laisse pas tomber
Elle est si fragile
Etre une femme libérée tu sais c'est pas si facile..."


Non, c'est pas si facile. Etre plus indépendante, c'est pas être plus forte à la base alors, non, c'est pas si facile. La femme libérée, prise dans ses contradictions.

"...elle rentre son ventre à chaque fois qu'elle sort,
même dans "Elle" ils disent qu'il faut faire un effort..."


Belle, moche? Sais pas...Mais bien dans sa peau, souriante. Sûrement.

"...
Au fond de son lit un macho s'endort
Qui ne l'aimera pas plus loin que l'aurore
Mais elle s'en fout, elle s'éclate quand même
Et lui ronronne des tonnes de "je t'aime"..."



Je me sens de cette veine-là. C'est sûrement pour ça, la tendresse envers les contradictions, fragilités des autres femmes libérées ou essayant de l'être...

Mais c'est sans oublier que la femme aux yeux révolver est un peu spéciale et célibataire.
Et que je crois savoir que nombre d'hommes craquent devant le portrait de la femme libérée.
J'avais une vision de la séduction féminine qui m'est apparu assez manichéenne. Et je crois que ma "découverte", c'est plutôt celle-là pour le coup. On peut projeter énormément sur les autres, se dire de celle-là qu'elle n'aura probablement aucun mal pour se trouver un homme. Penser qu'une autre est épanouie dans son indépendance, que les mecs, elle s'en balance. Mais ce serait passer outre les failles* qui apparaissent une fois le maquillage smocky enlevé. Une fois qu'on se retrouve face à soi, à ses manques, quelque soit sa façon d'être, de séduire.

"Tellement si femme quand elle mord..."


*C'est une image, je parle pas des rides :-)
Partager cet article
Repost0

commentaires